Le pacte d'Emma de Nine GORMAN

Résumé : 

Je pensais qu'en me lançant dans ce pacte je risquais seulement ma vie, mais c'est ma raison qui est en train de s'envoler.
Je l'ai embrassé, mais ce n'est pas ce qui est le plus déraisonnable.
Ce qui l'est,
C'est que j'ai aimé ça.

Pour en dire un peu plus : Emma est atteinte d'une maladie neurodégénérative dont elle sait l'issue fatale. Elle décide de quitter sa petite ville natale pour New-York et l'anonymat que cela peut lui procurer. En effet, elle veut découvrir de nouvelles choses et passer le temps qui lui reste auprès de gens qui ne la définiront pas uniquement par sa maladie. Au cours d'une sortie entre amies, elle découvre l'existence d'un vampire. Lui vient alors l'idée que le vampirisme serait peut-être une solution à tous ses problèmes...

Avis : 

Cette chronique sera un peu particulière parce qu'une fois n'est pas coutume, je vais user de spoilers.  J'ai trop de choses à dire.
Pour la petite histoire, Nine GORMAN est une booktubeuse reconnue dans l'univers de booktube. Si vous ne savez pas ce que c'est, je vous l'explique en 2 mots : il s'agit d'une section de youtube où des amateurs de lecture font part de leurs avis et découvertes livresques en vidéo. J'ai vu plusieurs de ses vidéos et apprécié sa façon de faire. Je me suis même découvert certains goûts communs avec elle. C'est par le biais de sa chaine que j'ai appris qu'elle écrivait et que son livre allait être édité. J'étais donc d'autant plus curieuse de me lancer dans la lecture d'un livre que son auteur ne m'était pas tout à fait inconnue. À savoir que l'histoire a été publiée en premier lieu sur wattpad avant d'avoir été éditée chez Albin Michel.
Tout ça pour dire que j'en attendais beaucoup. Un peu trop sans doute...

Pourtant, c'était bien parti. Le pitch me plaisait vraiment. L'histoire de la fille malade prête à tout pour ne pas mourir, quitte à devenir un vampire et à passer je ne sais quel pacte avec un monstre, ça avait de quoi me faire saliver ! Et au début, ça se présentait bien : Emma est un personnage convaincant et touchant avec un rapport à sa maladie bien retranscrit, entre colère et inéluctabilité. Les premières pages s'enchainent, le style est simple mais clair et entrainant. Et puis la romance débarque et là... patatras.
Passe encore les premiers clichés, référence à des oeuvres littéraires appréciées de l'auteur. Pour en nommer quelques uns : la fille vierge et innocente qui attire le milliardaire ténébreux dont le premier échange se fait lors d'un entretien au dernier étage d'un l'immeuble (bonjour Christian Grey), mais aussi les frères vampires, l'un attentionné et charmant, l'autre violent et manipulateur qui sont attirés par la même fille (bonjour Stephen et Damon Salvatore). Bon. Que l'on veuille mettre dans son livre des choses qui nous ont plues dans d'autres romans, je veux bien. Le truc, c'est que lorsqu'on utilise des clichés de façon si totalement assumée, il faut être irréprochable sur le reste. Or ici, les clichés s'accumulent jusqu'à l'overdose. L'héroïne qui était pourtant si prometteuse s'avère devenir une fille totalement guidée par ses hormones en dépit de tout le reste.

ATTENTION : SPOILER

Elle fait chavirer tous les mecs qui la rencontrent, sans s'en rendre compte bien sur. Non mais sans rire : la fille sage et vierge qui n'est jamais sortie avec un mec (ou sortie tout court d'ailleurs) se réveille en slip dans le lit de deux mecs différents en l'espace de quelques semaines. Les gars l'ont déshabillée et changée (une fois parce qu'elle s'est évanouie, l'autre parce qu'elle était tellement bourrée qu'elle s'est vomie dessus) et tout est normal. Bon et puis pendant ce temps là, elle sort avec un troisième mec qui l'emmène à des soirées ou des dîners dans les plus beaux restos de la ville. Bien sur, il ne s'est rien passé avec tout ce beau monde, ce sont des gentlemen, l'honneur est sauf... Sérieusement ? Et puis le plus gros cliché de tous, celui qui m'agace de plus en plus dans le genre bit-lit : l'histoire d'amour au premier regard, sans raison, qui plus est quand la fille tombe amoureuse du mec imbuvable qui passe son temps à la menacer, à l'humilier, à coucher avec d'autres filles juste pour lui faire mal, surtout quand elle a deux autres prétendants gentils et attentionnés qui ne demandent qu'à lui tomber dans les bras. Non mais pourquoi ??? Je sais que fifty shades of Grey a mis au gout du jour le sado-maso mais quand même...  Pire que tout, la copine (qui est censée orienter son amie pour l'aider à faire les bons choix), la pousse dans les bras du mec arrogant sus-cité, juste parce qu'il faut vivre les choses à fond et ne pas choisir une relation par dépit. Non mais allo ! Depuis quand un amour auto-destructeur avec un homme instable, autoritaire, arrogant et qui se tape toutes les femmes qui passent la porte de son bureau est une bonne chose ? Oh, et ai-je mentionné que cet homme de rêve est un vampire rencontré pour la première fois avec un cadavre à ses pieds et du sang barbouillé partout sur le visage ?

FIN DE SPOILER

Au delà des clichés, j'ai trouvé très dommage que la problématique de départ ne soit pas plus exploitée. Il y avait pourtant matière à de très intéressants dilemmes moraux. On aurait pu y trouver une réflexion sur l'immortalité, sur le prix que l'on est prêt à payer pour rester en vie. Malheureusement, rien de tout ça ici. D'ailleurs, l'héroïne souhaite être transformée en vampire pour fuir sa maladie, mais jamais elle ne s'interroge sur la condition de vampire. On ne sait rien d'eux avant les vingt dernières pages : d'où ils viennent, comment ils sont créés, quelles sont leurs faiblesses ? Tout ce que l'on sait, c'est qu'ils boivent du sang mais qu'ils peuvent marcher en plein jour. Et rien de tout cela ne fait se questionner Emma.

SPOILER ON

Et surtout, elle découvre son vampire avec un cadavre à ses pieds, dans un contexte de disparitions de 11 jeunes femmes. Pourtant, à aucun moment elle n'est terrifiée par lui, meurtrier qui s'avoue sans remord. Jamais elle ne met dans la balance le fait qu'elle devra tuer pour vivre, où tout ce qu'impliquerait une vie d'immortelle. Elle dit pourtant à plusieurs reprises être attachée à sa famille et semble détester autant sa maladie à cause du pronostic que pour la douleur qu'elle voit dans les yeux de ses proches. Mais à côté de ça, elle ne réfléchit jamais au risque que sa condition de vampire pourra potentiellement faire courir à son frère, à son père. Elle dit ne pas vouloir les voir souffrir mais ne semble pourtant penser qu'à elle...

SPOILER OFF

En fait, le pacte passé par l'héroïne (qui soit dit en passant, est tombé complètement à plat pour moi, puisqu'en définitive, il n'y a aucune notion de contrepartie), semble uniquement prétexte à une romance sans surprise et très clichée entre une humaine innocente et un vampire torturé. Là encore, ça aurait pu passer. Après tout, quand on lit de la bit-lit, on s'attend un peu à ce genre de paradigme. Mais ma frustration et ma déception sont à la hauteur de mes attentes et du potentiel de départ. Je trouve que le véritable intérêt de l'histoire (Emma et son rapport à la maladie, la peur de la mort) est laissé totalement à l'abandon. En plus, je n'ai pas réussi à m'attacher aux personnages. Ni à Emma qui tombe amoureuse sans raison (qu'a-t-il fait pour lui plaire ?), ni à Andrew qui, même si l'on sent un lourd secret et que je sais que l'auteur a voulu en faire un homme au grand coeur sous des dehors antipathiques, n'a pas su se montrer suffisamment charmant pour me conquérir, ni même à Matthew qui s'est révélé bien trop peu charismatique et sans relief. J'ai apprécié malgré tout Nathan dont les réparties m'ont fait sourire.

Dernier point : les chapitres sont parfois entrecoupés par des passages du journal intime d'Emma. Elle souhaite effectivement conserver les souvenirs qui risquent de lui être retirés par sa maladie provoquant des pertes de mémoire. Là encore, ça aurait pu être un outil très intéressant pour ajouter du mystère, laisser entendre qu'il se passe des choses dont l'héroïne n'est pas pleinement consciente. Malheureusement, ces passages ne font que retranscrire certaines pensées d'Emma. Et comme la narration du livre est déjà à la première personne du singulier, ces sentiments ne sont pas des révélations, juste un résumé de son état d'esprit du moment. Dommage.

Le final relève un peu le niveau avec un retournement de situation bien amené et une révélation à laquelle je ne m'attendais pas. Je reste un peu sur ma faim quant aux pertes de mémoires expérimentées par Emma. Je voulais une plus grande révélation par ce biais, et là, le mystère reste entier. Peut-être le second tome offrira-t-il quelques réponses. Le tout est de savoir si ces interrogations sont assez grandes pour me pousser à vouloir lire la suite. Honnêtement, je n'en suis pas sûre...

Pour conclure, c'est un livre qui malgré un fort potentiel n'a pas su me séduire, la faute à de trop nombreux clichés et au manque de profondeur des personnages. J'ai pourtant fini le livre car le rythme est bon et le style, sans être particulièrement exceptionnel, sert bien l'histoire. Nine GORMAN doit à mon sens s'affranchir de ses inspirations pour nous offrir sa vraie vision d'auteur et créer un contenu véritablement intéressant. 

Posts les plus consultés de ce blog

Onéida de Yolaine Champagne